simulation de rachat de crédit
SOMMAIRE
Actualité du 31 Mai 1994

Impact sur le prêt immobilier de l'augmentation des taux aux USA


On se croyait prisonniers de la Bundesbank, qui maintenait le prix du crédit à un niveau trop élevé. Mais, au même moment, les taux américains remontent, contaminant les Européens. Le danger ne vient plus d'outre-Rhin, mais d'outre-Atlantique. Et il peut compromettre une reprise du marché de l'immobilier.

Ce sont les banques centrales qui décident des taux d'intérêt à court terme (moins de 2 ans), mais n'ont pas de moyen d'action direct sur les taux à long terme (plus de sept ans), qui dépendent du libre jeu du marché. En pratique, des interactions existent.

Ce qui se passe aux Etats-Unis depuis 4 mois en est un exemple.
Début février, la Réserve fédérale, la banque centrale américaine, augmente les taux d'intérêt à court terme. Elle les avait maintenus à un niveau très bas pour favoriser la reprise. Succès sur toute la ligne. Mais, une fois cet objectif atteint, elle a décidé d'un relèvement pour éviter une surchauffe synonyme d'inflation. Par un effet mécanique, les taux à long terme se sont alignés. Et la contagion s'est propagée à l'Europe. Les places financières de toute la planète vivent désormais au rythme des communiqués de la Réserve fédérale. Or celle-ci, comme le font souvent les banques centrales, a choisi le gradualisme et rehausse ses taux par petites étapes. Les investisseurs sont ainsi plongés dans une véritable psychose de l'inflation: tout signe avant-coureur du phénomène provoque une hausse des taux à long terme. Tout indicateur contraire, une détente.

Cette guerre des nerfs a gagné l'Europe
Même si les économistes ne s'expliquent pas les raisons de cette contamination, elle est bien tangible et potentiellement dangereuse. Chaque pays utilise des financements à court et à long terme, suivant un dosage qui lui est propre. La France, par exemple, est plutôt un pays sensible au long terme: 90% des prêts aux particuliers en dépendent (c'est le mode de financement privilégié de l'immobilier), 75% des prêts à l'Etat (qui finance ainsi son déficit), mais 35% pour ceux qui sont accordés aux entreprises. Le logement est donc le premier visé. Déjà, la caisse d'épargne Ile-de-France, qui avait fait un «coup» en proposant des crédits à 7,5% (y compris à ses non-clients!), a décidé de revenir, à partir du 31 mai, à un taux de 8% (ou un peu supérieur). Inutile de dire que les autres banques, qui pestaient contre cette concurrence, vont épouser le mouvement. La reprise du marché immobilier, encore timide, pourrait donc s'en trouver compromise.


© BFJ Finance votre rachat credit consommation

Copyright © BFJ Finance 2011 - Tous droits réservés | Rachat credit Paris, Lyon, Marseille | Mail : contact@credits-rachat-credit.com
Retrouvez toutes les offres de rachat de crédit et de crédit du marché. Réalisez une simulation de rachat de crédit consommation ou de rachat de crédit immobilier.
 CopyrightFrance.com

Qui sommes nous